La Directrice Générale

Mot de la Directrice Générale

Moderniser l’administration de la justice à travers la formation des acteurs judiciaires, telle est la raison fondamentale qui sous-tend la création du Centre de formation des professions de justice (CFPJ), le 30 octobre 2009, dans le cadre du programme national de modernisation de la justice.

Le centre a ainsi pris la relève de l’école nationale d’administration (ENA) qui assurait, la formation de certains de ces acteurs, à savoir les magistrats et les greffiers, jusqu’en 2010.

Le domaine d’activité du centre a été élargi aux autres auxiliaires de justice que sont les personnels de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion et les officiers de police judiciaire, ainsi qu’aux officiers publics et ministériels que sont les notaires, les huissiers de justice, les commissaires- priseurs.

Conscient du rôle de la sécurité juridique et judiciaire dans le développement social économique et démocratique dans un Etat de droit, le centre s’est donné la vocation d’être une école au service du développement.

A cet effet, il s’est fixé comme objectif principal de former un personnel judiciaire   de qualité pour garantir efficacement, le respect des droits et libertés individuels et collectifs, pour  une paix sociale, la stabilité des institutions, un environnement économique favorable aux investissements et la sécurité des biens et des personnes.

Dans cette mission, qui avait effectivement commencé en 2010 par le recrutement de la première promotion d’élèves magistrats, le CFPJ s’attèle depuis cinq (05) ans de fonctionnement, à asseoir sa notoriété en matière de formation des professionnels de justice, tant au niveau national que régional, voire international.

A son actif à ce jour, sur le volet formation initiale, le centre compte deux (02) promotions d’élèves magistrats, une (01) promotion d’élèves greffiers et secrétaires de parquet et une (01) promotion de surveillants de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion.

Sur le volet formation continue, il a organisé plusieurs sessions de formations ciblant les acteurs judiciaires, relevant de sa compétence.

En outre, les différents organes, le personnel administratif et technique, les infrastructures d’accueil, le matériel didactique et logistique du centre, se mettent progressivement en place.

Dans cette optique de renforcement des acquis, pour une meilleure efficacité de la justice, le centre fait face à de nombreux défis à relever.

L’un de ces défis majeurs est de rendre visible le centre, à travers les techniques d’information et de communication.

Ce site est un outil de communication et d’information avec les décideurs politiques, tous les professionnels de justice (les magistrats, les greffiers et secrétaires de parquet, les notaires, les huissiers de justice, les commissaires-priseurs, les personnels de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion, les officiers de police judiciaire et les avocats), le public (les chercheurs, les universitaires, les étudiants et autres).

Il est également une vitrine institutionnelle pour une meilleure connaissance de l’organisation et des diverses activités du centre.

C’est enfin un endroit où les différents acteurs judiciaires pourront consulter et choisir les différentes sessions de formation continue et où les candidats aux différents concours de recrutement, pourront consulter les informations relatives à ces concours pour mieux s’orienter en temps réel.

J’exprime ma parfaite reconnaissance aux autorités étatiques, pour tous les efforts déployés pour améliorer la qualité de l’administration de la justice tant au niveau des acteurs que des institutions judiciaires.

Toute ma gratitude au corps enseignant, au personnel d’appui et aux partenaires techniques et financiers, qui accompagnent le centre, dans l’accomplissement de sa mission.

Tout en espérant que ce site produira un impact positif et stratégique auprès de tous ses visiteurs, je souhaite une bonne navigation à tous.

B. SOUKOUDE FIAWONOU

Madame B. SOUKOUDE FIAWONOU est magistrat de la promotion 1988 -1990 de l’ENA. Elle a été successivement juge du siège et juge d’instruction au tribunal de 1ère instance de Lomé, présidente du tribunal pour enfants de Lomé, substitut du procureur général près la cour d’appel de Lomé et depuis septembre 2012, directrice générale du CFPJ.